055

 

Jour 9, mardi. Les deux hommes de la maison sont perdus dans une discussion fort intéressante. À peine levés, ils débattent déjà sur le meilleur moyen de faire tomber une fille dans leurs bras. J’vous le donne en mille, cette idée vient évidemment d’Intell.

Tomy : Moi, je dis que pour faire craquer une fille, il faut lui dire des poèmes.

Intell : Des poèmes ! N’importe quoi ! Une barbe de trois jours et un p’tit sourire suffisent amplement.

Tomy : Ah, mais je suis pas d’accord. Les poèmes, c’est très romantique.

Intell : Qui t’a parlé de romantisme ? Moi j’te parle de faire tomber les nanas !

056

Bah Misky, qu’est-ce qui t’arrive ? Reste pas coincée devant la porte, tu vas faire entrer les courants d’air.

Misky : Je regardais s’il y avait quelqu’un dans la cuisine.

Ben, à part moi qui suis encore aux fourneaux, y a personne, pourquoi ?

Misky : Parce que je suis en nuisette, j’ose pas rentrer. Si jamais je croisais Intell ou Tomy ?

Intell et Tomy sont en train d’énumérer diverses techniques de drague, alors si tu entres, t’en fais pas qu’ils ne te verront pas.

Misky : Oh, mais j’ose pas…

057

Je vais commencer à péter un câble ! Non, je commence pas, je pète un câble ! Non mais c’est vrai, quoi, j’en ai marre de nettoyer cette douche sans arrêt, de faire la cuisine, le ménage, de donner des ordres ! Encore, si c’était que ça, ça irait, mais personne ne m’écoute. Et que dire d’Intell qui passe son temps à contester ou à regarder les filles, hein ? En plus, il fait froid et cette andouille d’Intell n’a même pas installé le chauffage dans cette baraque. Baraque ? Non, prison ! Ah, j’aurais jamais dû m’engager dans cette galère. Dire que j’ai même pas le droit à un bain moussant ou de regarder un bon film à la télé. Et les chats ? Je peux même pas avoir un chat à câliner ! Et le jacuzzi ? Parlons-en, tiens ! Même pas de jacuzzi, juste cette piscine toute petite dans laquelle on tient pas à huit ! Ah, j’en ai marre, j’en ai marre, j’en ai marre !

058

Intell ! Tu fous quoi, là ?

Intell : J’vais piquer une tête, c’te bonne blague. Et ferme cette fenêtre, tu vas faire rentrer le froid dans la maison.

J’la ferme si j’veux ! Quant à toi, rentre à la maison immédiatement ! T’as vu l’épaisseur de neige qu’il y a ?

Intell : Et alors ? Il paraît que la neige, c’est bon pour la peau. Et puis t’as vu mon corps d’athlète ? Il demande à être entretenu.

Bon, bah quand t’auras fini ton plongeon, tu iras arroser les concombres…

059

Hanyo : Nan mais mince, qui a encore détraqué le banc de muscu ? Juste au moment où je voulais en faire.

Toi ? Tu fais de la muscu, maintenant ?

Hanyo : Y a pas de raison que j’en fasse pas. Je suis aspiration connaissance, je te signale. D’ailleurs, tu devrais en faire aussi, ça te ferait pas de mal.

Nan, nan ! J’suis cardiaque moi, j’ai pas le droit.

Hanyo : Ouais, l’a bon dos, la cardiaque. C’qu’y faut pas dire pour se débarrasser des corvées.

 

 

060

Comme vous pouvez le constater, les toilettes sont occupées, alors nous les filles, on tue le temps comme on peut en évitant de penser à nos vessies pleines et archi-pleines.

Fonsine : Parker, tu trouves pas qu’on est dans une prison, ici ? Tomy n’arrête pas de nous rabâcher qu’on est dans Loft Story. Tu sais que je commence à y croire ?

Ange : Mais non, c’est pas Loft Story, Fonsine. Si ça l’était, on aurait un mec chacune. Or, il n’y en a qu’un seul… enfin, un et demi si on compte Tomy.

Zundapp : De toute façon, Intell, il voudrait que toutes les filles de la maison soient à lui. T’en penses quoi Parker ?

J’en pense que j’ai bien envie d’aller me le draguer, moi… rien que pour l’embêter.

Fonsine : Mais non, t’as pas le droit, c’est la règle.

Ange : Je suis d’accord, on a pas le droit de le draguer.

Y a vraiment pas moyen de s’amuser, ici…

061

Et pendant qu’on se battait pour savoir si on avait vraiment le droit de draguer Intell, ce dernier pleurait tout seul dans son coin.

Intell : Je craque, je craque ! Mais pourquoi j’suis ici ? Et pourquoi j’ai fait ce défi ? Et puis, personne ne m’aime ! Y a six belles gonzesses autour de moi et elles se fichent toutes de mes abdos en béton ! J’fais pourtant tout pour leur plaire mais y a rien à faire. Ah, je me déteste !

Oui, là, c’est la grosse crise… S’il commence à se détester lui-même, Dr Foltaré n’est pas loin.

062

Jour 10, mercredi. Heureusement, la crise n’a pas duré longtemps puisque monsieur a enfin eu un désir réalisable, celui de gagner 500§, chose qui fut faite et bien faite. Pour fêter le retour de sa bonne humeur, il est allé annoncer à Fonsine et Hanyo qu’il se sentait beaucoup mieux jusqu’à ce que…

Fonsine : Mais qu’est-ce que tu fais par terre, Intell ? T’as encore picolé ?

Intell : Mais non… je suis arrivé, je suis tombé… ah, et puis j’ai perdu quelque chose, ça doit être quelque part dans la moquette.

Hanyo : C’est moi ou il regarde sous ma nuisette, lui ?

Intell : Mais non, j’ai dis que j’avais perdu un truc !

Hanyo : Alors si t’as pas regardé, dis-moi de quelle couleur est ma culotte.

Intell : Euh… j’en sais rien, moi… rouge avec des fleurs jaunes ?

Hanyo : Rah ! Il a regardé !


063

Parfois, la vie en communauté c’est épuisant. Il faut toujours faire attention aux autres, toujours refouler notre véritable personnalité de peur de choquer les copains… enfin, ça dépend pour qui parce qu’entre Intell qui nettoie les assiettes en les léchant copieusement et Zundapp qui laisse filer des nuages verts de son fessier après chaque repas, on a de quoi se poser des questions sur le savoir-vivre de certains.

 

Mais s’il y en a une qui est vraiment épuisée, c’est bien Misky. Toujours gentille, toujours serviable, elle veille sur ce petit monde comme elle veillerait sur un gosse… normal, pour une aspiration à la famille.



064

Non mais hé ! C’est une manie chez vous de faire MON boulot ? Intell, quitte cette cuisine immédiatement !

Intell : Intell il en a marre d’attendre que la bouffe soit prête alors Intell, il se démerde tout seul !

Et Intell va tout faire cramer si ça continue ! Très bien, vas-y pour cette fois mais je te préviens que tu si tu mets le feu, tu te débrouille tout seul pour l’éteindre ! Je ne serai pas responsable d’une catastrophe !

065

Zundapp, qu’est-ce qui te prend à crier dans mon dos pendant que je fais de la peinture ?

Zundapp : Je suis l’entraîneur personnel de Tomy, alors je l’encourage. Allez Tomy, encore un petit effort, montre que tu as des muscles !

Tomy : Des muscles, des muscles… j’suis pas encore au niveau d’Intell, moi. Il me faudrait des années pour avoir les même tablettes de chocolat.

Quelqu’un a parlé de chocolat ?

Zundapp : Tais-toi et dessine.

Ha... Ok...