108

Jour 21, dimanche. Je me sens toute contente aujourd'hui, peut-être parce que c'est dimanche et que c'est le dernier jour de ce défi de cinglé. Je vais pouvoir retrouver mon petit chez-moi, mes chats, mon frérot... Pour fêter ça, je suis allée en ville acheter des fringues. 21 jours avec les mêmes et sans machine à laver, moi j'vous l'dis, c'est l'enfer. Il était temps qu'on s'habille autrement. J'ai donc claqué tout l'argent qu'on avait mis de côté. Certains ne vont pas être contents, mais comme c'est moi qui commande...


109

Hou, que je suis belle comme ça. J'adore ce petit ensemble jean moulant, chaussures à talons aiguilles et petit haut bien sympathique. Forcément, ça me change. J'en avais marre de me voir toujours vêtue de la même façon. Les autres aussi ont eu l'air d'apprécier leur cadeau... sauf Intell, lui, il a préféré garder sa "panoplie de dragueur" qu'il s'était acheté en cachette et sans que personne ne le voie.


110

Dans l'après-midi, nous avons organisé une réunion afin de se dire au revoir et de se souvenir des bons moments qu'on a passé ensemble... tout aurait pu très bien se passer si Intell n'avait pas pris la parole.

Intell : Bien, je vais profiter que nous soyons réunis pour vous annoncer quelque chose. Ce défi n'est pas terminé !

Hanyo : Bien sûr, tu crois peut-être qu'on va rester ici 21 jours de plus ? Et puis quoi encore ?

Intell : En fait, pas tout à fait. Pour tout vous dire, il y a une base militaire désaffectée pas très loin de là, et nous devons tous nous y rendre pour y survivre 21 jours...

Zundapp : Quoi ? Encore ? Nan mais ça va pas ? Déjà qu'on a tous failli s'entretuer ici !

Là, je suis d'accord... Mince, Intell, t'exagère là ! T'avais prévu ça depuis le début, avoue !


111

Intell : Nan mais vous en faites pas, ça va être marrant ! En plus, ce sera l'hiver éternel, il n'y a aucun lac pour pêcher mais j'ai prévu un très grand potager pour tous nous nourir !

Maël : L'hiver éternel ? T'es cinglé ? Comment on va faire pour sortir s'il neige tout le temps ?

Intell : Ah, mais personne ne sort, c'est comme ici, on sera obligé de vivre en autarcie.

Tomy : Ah, voilà, c'est le mot que je cherchais l'autre jour !

Ange : Vous faites ce que vous voulez, moi j'en ai marre, je me tire.

Nan mais Ange, reste quoi... Si on doit y aller, c'est tous ensemble ou pas du tout.

Intell : Allez, soyez sympa, vous pouvez pas vous imaginer le temps que j'ai mis à mettre au point le second défi !

Intell, y a vraiment des jours où j'ai envie de te pendre...


112

Après cette discussion houleuse, on a commencé à se concerter par petits groupes.

Ange : Moi j'vous l'dis : je ne viens pas, c'est hors de question !

Zundapp : Il aurait quand même pu nous le dire plus tôt ! On n'est même pas préparé. L'hiver éternel, vous vous rendez compte ?

Ce que je vois, c'est qu'on va finir par péter un câble si ça continue. Je parie qu'il n'a même pas pensé à la télé, je vais encore rater Battlestar Galactica, moi !

Tomy : Faut pas lui en vouloir, il pensait que ça allait nous plaire. Alors qu'est-ce qu'on fait ? On le suit ou pas ?

Ange : Moi, je vous préviens tout de suite que je rentre chez moi !

Ange, si on y va, tu y vas aussi, on marche ensemble, on meurt ensemble, c'est clair ?

Zundapp : Hein ? Parce qu'il veut nous tuer en plus ?

Nan mais c'était façon de parler...


113

Bien sûr, il a fallu que l'incendie choisisse le dernier jour pour éclater au moment où... hum... je faisais une tarte aux fruits rouges comme dernier repas dans cette baraque. Nan mais j'vous jure, j'l'ai pas fait exprès !

Zundapp : Ah, y a l'feu, y a l'feu !

Ange : Poussez-vous, je m'en charge ! Ah, heureusement que je suis là pour vous sauver la mise. C'est pas avec des nigaudes comme vous que l'équipe va s'en sortir ! J'ai intérêt à être derrière vous pour surveiller vos arrières, moi, là-bas.

Ca veut dire que tu viens, c'est ça ?

Ange : Ca veut dire que vous avez besoin de quelqu'un pour éteindre les incendies, et je suis la seule à savoir manier l'extincteur, maintenant tirez-vous !


114

Tomy : C'est gentil à toi de venir quand même, Ange. Je me serais ennuyé sans toi.

Ange : Oh, Tomy, tu sais très bien que je ne te laisserai jamais tomber.

Tomy : Si tu étais partie, je serais parti moi aussi...

Humph... ça sent le dernier jour, ça... Nan mais allez-y, je vous en prie, ruinez donc ma réputation juste avant la sortie !

Ange : Parker, fiche-nous la paix...

Très bien, puisque c'est comme ça, je vais bouder !


115

Ben voilà, j'ai à peine le dos tourné qu'ils se mettent à faire des bêtises. Oh et puis faites ce que vous voulez, moi j'en ai marre... Dire que je vais devoir les supporter encore une vingtaine de jours... Intell, je te déteste !


116

Et c'est ainsi que dans la soirée nous sommes partis, l'âme en peine, non pas à l'idée de devoir quitter cette maison mais surtout dû au fait que nous allons souffrir encore et encore, dans cette ancienne base militaire dont Intell nous a parlé. Ah, j'vous jure, si j'avais la possibilité de le balancer sous un satellite, je le ferais !

Maël : Bon, t'avance ?

Hein ? Ah... euh oui... Bon, bah... c'est parti... J'aurais jamais dû accepter...